Partagez | 
 

 Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
avatar
SPARKLING AVENUE • ☆☆☆☆☆
Féminin Date d'inscription : 22/06/2014
Messages : 354
Popularité : 400
Âge du personnage : 23 ans.
Métier : Mannequin pour de célèbres magazines féminins et pour quelques magazines masculins.
Présentation : here
Relationship : and here
Crédits : <miku>

( Propriété exclusive de Nagato. Tu la touches je mords kk ? 8) grrrrh )(Genre tu en mordrais d'autres ? D8 Mords moi, j'ai bon goût )

message posté (le) Lun 4 Aoû - 20:51 dans Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  

Tu te lève plus tard ce jour ci, pas de shooting. Tu te prépare un
bon thé que tu laisse infuser un moment en regardant un peu ailleurs, rêvant de choses futiles. Quand tu reviens à toi, tu verse ton thé dans ta tasse. L'odeur te chatouille les narines. Tu t'impatiente
et porte la tasse à tes lèvres.

"Ah ça brûle."

Tu repose ta tasse. Tu savais pourtant que ça allait être trop
chaud mais tu étais perdue dans tes pensées. Tu souffle sur ton thé pour le refroidir un peu. Tu bois ta tasse de thé avant d'aller te laver. L'eau chaude t'arrache un soupire d'aise. Tu te lave bien avant de sortir et t'habiller. Tu opte pour une jupe patineuse noire à pois blancs avec un chemisier blanc sans manches, agrémentant avec quelques bijoux beiges et des chaussures de la même teinte. Tu attrape ton sac à main et file te promener.

Ton regard se pose un peu partout, sur les oiseaux qui volent, les maids qui proposent des tracts pour leur café, les passants au téléphone, les types en voiture qui te sifflent. Mais tu reste dans ton monde. Imperturbable. Tu marche avec un superbe déhanché. Ton téléphone sonne, te sortant de tes pensées. Tu décroche en voyant que c'est ton agent.

"Bonjour Mr. Ishii. Il y a un problème ?"

Tu tourne sur toi même en regardant un peu partout puis une chose retiens ton attention. Un détail qui fait "tache". Un petit boût de tête qui dépasse derrière un buisson. Tu ne peux t'empêcher de pousser un cri.

"Un pervers !"




   

   
.


Merci Yune ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
F-LAWLESS FACTORY • ☆☆☆☆☆
Masculin Date d'inscription : 04/07/2014
Messages : 136
Popularité : 415
Âge du personnage : 30
Métier : realisateur/Scenariste
Présentation : Trailer
Relationship : bientôt en DVD
Crédits : Me,I&Myself

message posté (le) Mer 6 Aoû - 13:01 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  


"Imaginons un œil qui ne sait rien des lois de la perspective inventée par l’homme, un œil qui ignore la recomposition logique, un œil qui ne correspond à rien de bien défini, mais qui doit découvrir chaque objet rencontré dans la vie à travers une aventure perceptive."
Stan Brakhage  



Allongé de tout son long sur un banc, Zephyr filmait. Les passants pensant surement que ce type était hautement louche ( ils n’avaient pas totalement tord pauvres bougres ) évitaient soigneusement de s’approcher et laissaient ainsi un périmètre de sécurité entre eux, et le type louche.
Mais qui avait-il de mal à filmer les nuages allongé sur un banc, à part un certain voyeurisme des nuages, mais on est en droit de douter que les principaux concernés ai quelque chose à redire. Tout le monde regardait les nuages : tu regardes les nuages en amoureux, tu les regarde pour savoir si tu vas te prendre une saucée sur la gueule, tu les regardes parce que tu t’enmerde, tu regardes en l’air parce que tu voudrais bien qu’ils cachent le soleil de plomb, ou au contraire parce que tu voudrais bien qu’ils disparaissent et le laissent briller. était-il possible d’user les nuages ? était-il possible que leurs composant si volages soit soumis à l’usure par l’insistance de nos rétines ?
C’est ce que ce demandait le cinéaste, totalement absorbé par son étude photographique de ces brumes nuageuses, de ses volutes blanchâtres et cotonneuse qui se décharnaient dans le ciel d’un bleu tendant vers le céruléen si bien sûr il avait été épargné par ce voile grisâtre de pollution ambiante.
Au bout de 10 minutes, le brun décida qu’il avait assez exploité les nuages pour aujourd’hui, éternellement incapable de tenir en place plus de quelques minutes c‘était déjà un exploit pour lui d’être resté si longtemps perdu dans cette passive contemplation. Il faut dire que l’observation était l’une de ses activités favorites…
Il sauta sur ses pieds, dépliant sa grande silhouette, il était décidément temps pour lui de bouger.  Son appareil photo dans les mains, il se mit donc en quête de nouveaux sujets, des sujets mouvants, vivants, parlant, agissant. Des sujets certes plus actifs que les nuages.
Alors il recommença, prenant des clichés de gens, de commerçants, de passants, de tous. Roder son œil à l’exercice de l’image exigeait un entrainement quotidien, en tant que cinéaste son métier exigeait de lui de produire des images, mais pas de simples images, pas des photos sans saveurs, sans symbolique. Il voulait des images fortes, il voulait qu’elles soient à même de parler seules.
Et c’est là qu’il la vit. L’inconnue, la belle inconnue. Un sourire se dessina sur ses lèvres, enfin un sujet digne de ce nom. Elle glisse au milieu de la rue, une démarche assurée, imperturbable, pas même par les idiots qui la sifflent et les femmes qui la jalouse. Répugnantes tares humaines que l’envie et la jalousie. Mais c’est ainsi et c’est ce qu’elle provoque. Oui plus que ça. Zephyr analyse, décrypte, les habits, l’attitude, la démarche. Il voit bien que c’est ce qu’elle veut provoquer. Elle sait faire jouer ses atouts, il ne serait pas étonné qu’elle en fasse son métier. Il secoue la tête en soupirant et commence à prendre des clichés, des films.

Vite il se prend au jeu, vite il s’abandonne à sa passion, dans sa tête tout n’est qu’image, technique. Il visualises les ombres, joue sur l’ISO, les couleurs et les textures, les angles et la composition de son cadre. Bien sûr que ses clichés sont bons. Très bons même .Mais comme toujours à la fin de la journée il les effacera. Il n’aime pas que ces images soient trop souillées par le regard, ce qui les rend d’autant plus belles, c’est qu’elles sont éphémère et qu’une fois détruites elles n’influences plus sa façon de voir les choses mais lui offrent plutôt un œil neuf.
Alors qu’il dissertait, complètement happé par son art, se demandant si oui ou non il devait faire jouer le contre-jour dans les feuilles et la silhouette de la jeune femme ( oui, il était derrière un buisson juste pour cet effet de style, que voulez-vous ? c’est un artiste. ) il entendit une voix, un cri, fendre l’air.

"Un pervers !"

Il tomba sur les fesses et se retourna vivement, tournant la tête à s’en rompre le cou. Un pervers ? mais ou se cachait-il donc ? Ne voyant personne derrière lui il fronça les sourcil. Il y avait un truc qu’il ne comprenait pas. Il comprit encore moins quand un policier lui sauta dessus et l’immobilisa avec une clef de bras experte.

« Ne vous en faites pas mademoiselle, j’ai attrapé votre pervers. »
«  What ? » Lâcha Le brun décontenancé. «  Non mais lachez-m- Aïe ! » Tenta de s’offusquer Zephyr.

Mais la pression redoublée sur la clef de bras le dissuada de parler tout de suite.
Il était vexé, profondément vexé. Tout ça n’était qu’une grossière erreur et il ne supportait pas de se faire traiter de pervers non mais. Il était cinéaste, pas voyeur. Bon… il convenait que les deux étaient de très proches synonymes mais tout de même, il prenait des photos pour l’art , pas pour sa libido ou pour assouvir un autre besoin répugnant dans le genre.
Alors que l’agent de police l’obligeait à sortir des buissons, lui arrachant au passage son appareil des mains et le donnant à la jeune femme, il l’obligea à se mettre à genou sur le trottoir, mais même comme cela Zephyr paraissait très grand.

«  c’est bien lui mademoiselle ? »


La bouche du cinéaste était agitée d’un tic nerveux extrêmement compulsif alors qu’il s’évertuait à essayer de garder son calme. Même si son amour propre en prenait vraiment un coup.

«  Excusez-moi mais il y a méprise, vous vous tromp- mais aïeuh !! »

L’autre avait une nouvelle fois fait jouer la clef de bras, appuyant si fort qui la tête du brun avait fini contre le goudron. Zephyr se le disait souvent, il était un type malchanceux. C‘était bien sa veine oui, de tomber sur un policier particulièrement zélé qui n’hésitait à faire rouler la mécanique et à dorer son image de chevalier sauveur, pour s’attirer les bonnes grâces d’une jolie demoiselle.
Il lâcha un :  «  Espèce de policier Libidineux » mais dans son état actuel tout ce qu’on pouvait entendre était un gracieux «  nngnnrngn ». L’autre desserra légèrement sa prise et le brun en profita pour souffler. Est-ce que tous les policiers de cette fichue archipel étaient tous surentrainés au judo, au karaté ou à un autre art martial dans le genre ? Il croyais que Jacky Chan c’était un sorte de cliché mais il se pourrait que non au final.
En plus de ça ses lunettes commençaient à descendre le long de son nez sans qu’il puisse exécuter un mouvement pour les remonter. Instinctivement il ferma les yeux pour les protéger de la lumière du soleil. Mais quelques rayons atteignirent ses pupilles le faisant grimacer. Effectivement son handicap ne s’arrangeait pas.

« Argh, mais lâchez moi.. vous me faites horriblement mal espèce de fou ! »







hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPARKLING AVENUE • ☆☆☆☆☆
Féminin Date d'inscription : 22/06/2014
Messages : 354
Popularité : 400
Âge du personnage : 23 ans.
Métier : Mannequin pour de célèbres magazines féminins et pour quelques magazines masculins.
Présentation : here
Relationship : and here
Crédits : <miku>

( Propriété exclusive de Nagato. Tu la touches je mords kk ? 8) grrrrh )(Genre tu en mordrais d'autres ? D8 Mords moi, j'ai bon goût )

message posté (le) Jeu 7 Aoû - 2:17 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  
Un policer qui passe par là saute sur le pervers en question lorsque
que tu cria. Il le force à se mettre à genoux puis avec une drôle
d'expression - du genre "tu m'as vu faire ? T'as vu comment que
j'suis trop fort poulette !" - il te demande si c'était bien le pervers en question. L'inconnu paraissait immense même dans cette position, il tente de parler mais le policier l'en empêche. Tu es un peu prise de pitié pour lui. De près il n'avait pas l'air d'un pervers. Mais les apparences sont trompeuses.
L'agent n'étant pas décidé à lâcher le pauvre homme, tu regarde
ce dernier avec peine pendant qu'il essayait de remettre correctement ses lunettes. Tu te baisse pour l'aider en prenant
soin de mettre correctement ta jupe pour qu'on ne voit pas ta culotte, tu remonte sa paire de lunettes en lui souriant puis repose
ton regard sur le policier.

"Non ce n'est pas lui. Désolée de vous avoir dérangé."

T'es vraiment trop sensible ma pauvre fille. Ça finira par avoir
raison de toi. Tu tends ta petite main vers lui pour l'aider à se
relever une fois que l'officier le lâche.

"Ça va aller ? Il ne vous a pas fait trop mal ?"

Tu baisse les yeux. Un peu honteuse.

"Je suis sincèrement désolée. C'est de ma faute si ça vous est arrivé et je pense que j'ai eu tord. Mais j'ai eu un peu peur de voir un bout de tête m'épier derrière ce buisson."

Tu esquisse un petit sourire, essayant de te faire racheter.

HRP:
 




   

   
.


Merci Yune ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
F-LAWLESS FACTORY • ☆☆☆☆☆
Masculin Date d'inscription : 04/07/2014
Messages : 136
Popularité : 415
Âge du personnage : 30
Métier : realisateur/Scenariste
Présentation : Trailer
Relationship : bientôt en DVD
Crédits : Me,I&Myself

message posté (le) Ven 8 Aoû - 9:20 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  


« Créer, c'est se souvenir.  »
Victor Hugo  


Douleur. Ce n’est pas très sympathique la douleur, et comme son nom l’indique ça fait mal. Et quand on a mal, la réflexion n’est pas très aisée, surtout dans cette position hautement embarrassante. Zephyr aurait fait n’importe quoi pour que cela cesse surtout qu’il sentait que d’un moment à l’autre son épaule allait se déboiter. Ô rage, Ô désespoir – oui, le brun avait toujours eu le lyrisme facile et un don pour tout dramatiser, que voulez-vous, c’est un artiste.-, allait il finir manchot ? allait-il encore longtemps être trainé dans la boue face contre terre par ce policier en mal de reconnaissance. Ô destin cruel, Ô.. Hein ? C’était quoi ça ?
Il sentait quelque chose sur son visage, quelque chose de doux. Une main. Il sentit un parfum délicat, surement dû à la proximité du poignet d’une belle, endroit si discret ou souvent se déposaient quelques gouttes de parfum. Une petite main fraiche qui lui remonta ses lunettes, Ô miracle ses protections solaires, le graal de ses yeux. Beni sois-tu petite main angélique.
Il cligna plusieurs fois des yeux, ravi de pouvoir à nouveau les ouvrir. Restait à s’occuper de son épaule.

"Non ce n'est pas lui. Désolée de vous avoir dérangé."

Hein ? Comment ? Alléluia.  Enfin. ENFIN, on se rendait compte de cette monstrueuse erreur dont il était victime, pas trop tôt. Bon c’est vrai qu’il avait sa part de culpabilité dans la chose mais….
Le policier le lâcha sans ménagement, si bien qu’il finit par s’écraser totalement par terre, relevant la tête  il le foudroya du regard, l’autre lui rendit un regard mauvais et tous deux se soutinrent une bonne minute, avant que l’employé des services publics retourne à contre cœur vaquer à ses occupations, non sans jeter un dernier regard à la belle brune.
« c’est ça, surement d’autre p.v à coller.. » Marmonna-t-il à l’adresse de son tortionnaire.

Il perçu soudain un mouvement à côté de lui, une main tendue. Cette même petite main angélique qui quelques minutes auparavant l’aida à remonter ses lunettes.

"Ça va aller ? Il ne vous a pas fait trop mal ?"


Il relève la tête et dévisage un instant la brunette derrière le verre de ses lunettes. Oh, Zephyr avait l’habitude de détailler chaque nouvelles personnes qui s’offraient à sa vue, pas de manière vulgaire ou gênante mais plutôt avec l’œil d’un esthète, d’un critique. Bien sûr la belle inconnue n’était pas une nouvelle personne, il l’avait déjà vu, l’avait déjà analysée, cataloguée, étiquetée dans sa mémoire visuelle. Mais jamais il n’avait eu le loisir d’observer son visage de si près. Deux grand yeux, une symétrie parfaites au niveau des sourcils, du placement de la bouche, du joli quoi.

"Je suis sincèrement désolée. C'est de ma faute si ça vous est arrivé et je pense que j'ai eu tort. Mais j'ai eu un peu peur de voir un bout de tête m'épier derrière ce buisson."

Des excuses, il fut surpris ; C’est bon les excuses, c’est bien. Mais n’empêche qu’il est toujours un peu vexé. Ah non, pour une fois il ne se laisserai pas faire, on l’avait tout de même attrapé et trainé dans la poussière, au sens littéral du terme.
Vérifiant que la main était sans dangers ( il était méfiant maintenant ) il la saisi et se remit sur pied.  Le cinéaste poussa un soupir et se massa l’épaule qui lui répondit dans un craquement sonore

«  ça va aller miss, je suis solide » ça sonnait faut dans sa bouche, quand on le regardait on voyait qu’un grand type aussi fin qu’un fil de fer, alors le mot solide n’était peut-être pas adapté. Même ce ton froid qu’il essayait d’arborer ne lui allait pas. Zephyr n’était pas quelqu’un de froid.

«  Ecoutez, il n’y a pas de mal, je suis aussi fautif que vous dans cette histoire. C’est juste que je n’apprécie pas vraiment de me faire traiter de la sorte. »  Continue-t-il essayant toujours de garder ce ton froid, son visage restant neutre, fermé accentuant les traits coupants de son visage, ses airs de reptile. «  Sur ce, je ne vous ennuierai pas plus, bonne journée miss. » Récupérant son appareil, il s’éloigne, mains dans les poches le dos courbé par l’irritation.
Lui ? Un pervers ? On aura tout vu.
Il détestait qu’on le prenne pour un de ces obsédés sexuels qui objectisaient les femmes, qui en faisait les objets de leurs fantasmes répugnant. Non. Zephyr lui, respectait les femmes. Il aimait les femmes ( les hommes aussi d’ailleurs mais là n’est pas le propos, ce n’est pas le moment de parler de ses mœurs et autres orientations sexuelle ),  il aimait les voir, les sublimer. Il ne supportait pas bien sûr que l’on puisse les sous-estimer et les salir. Il avait grandi élevé par sa mère qui faisait le tapin en plus de son travail pour lui offrir à manger, c’est sûrement de là qui tenait son respect de la gente féminine. Non, décidément il était très vexé et ne changerait pas d’avis.
Mais il avait oublié un détail : Il n’était pas rancunier.
Alors à peine eut il fait quelques pas pour s’éloigner qu’il s’arrêta, tiraillé, pesant le pour et le contre.

« raaaah. »

Lâcha-t-il avant de se rebrousser chemin et de retourner vers la jeune femme. Il revint se poster devant elle, se courbant un peu ( il était décidément beaucoup trop grand ) et lui sourit, gêné se grattant la nuque.

« Excusez-moi mademoiselle, quand je… crée j’oublie parfois ce que je fais. Si ces photos vous gêne ne vous faites pas de soucis, je les efface, je les efface tout le temps. » Il jette quelque regards mal à l’aise autour de lui. Il est toujours mal à l’aise avec les gens, il ne sait jamais trop comment se faire excuser. Handicapé social ? ça oui. Zephyr soupire un instant et se reprend «  Je peux … vous offrir quelque chose pour me faire pardonner ? une glace, un café… »




hors jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPARKLING AVENUE • ☆☆☆☆☆
Féminin Date d'inscription : 22/06/2014
Messages : 354
Popularité : 400
Âge du personnage : 23 ans.
Métier : Mannequin pour de célèbres magazines féminins et pour quelques magazines masculins.
Présentation : here
Relationship : and here
Crédits : <miku>

( Propriété exclusive de Nagato. Tu la touches je mords kk ? 8) grrrrh )(Genre tu en mordrais d'autres ? D8 Mords moi, j'ai bon goût )

message posté (le) Lun 11 Aoû - 1:24 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  
Tu frotte légèrement ton bras. Tu te sens un peu coupable. C'est ta faute si ce pauvre homme s'est fait "torturer" parce cet agent. Tu t'en veux un peu quand même. Le grand brun t'observe longuement alors que tu lui tends la main pour l'aider. L'inconnu ouvre la bouche et prend un ton froid.

"Ça va aller miss, je suis solide."

Tu comprends qu'il soit froid, c'est de ta faute si il a eu mal. Tu te doute bien qu'il ment, tu juge qu'il ne doit pas être très costaud. Il est grand, tout sec. Tu te demande même le policier aurait pu lui briser un os en forçant un peu plus. Tu te frotte nerveusement le bras en le regardant se relever une fois qu'il a prit la tienne.

"Ecoutez, il n’y a pas de mal, je suis aussi fautif que vous dans cette histoire. C’est juste que je n’apprécie pas vraiment de me faire traiter de la sorte. Sur ce, je ne vous ennuierai pas plus, bonne journée miss."

Il a le visage fermé, voir sévère à cause des ombres. Ouch, c'est vraiment pas ton jour. Mais tu comprends qu'il soit aussi irrité et froid. Tes lèvres dessinent un petit sourire avant qu'il se retourne et fasse quelques pas. Tu commence à te retourner quand tu entends des bruits de pas, par réflexe tu regarde derrière et tu aperçois que l'inconnu revient vers toi. L'homme se penche un peu - il devait faire au moins de bonnes têtes de plus que toi -, se gratte la nuque en souriant. Il s'excuse pour les clichés en justifiant qu'il les efface toujours puis propose de t'offrir une glace ou un café pour se faire pardonner. Ta bouche se fend en un large sourire.

"Pour les photos ça me rassure un peu mais... Ça vous dérange si je les regarde avant que vous ne les supprimiez ? Et sinon je serais bien partante pour une glace vu le temps qu'il fait."




   

   
.


Merci Yune ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
F-LAWLESS FACTORY • ☆☆☆☆☆
Masculin Date d'inscription : 04/07/2014
Messages : 136
Popularité : 415
Âge du personnage : 30
Métier : realisateur/Scenariste
Présentation : Trailer
Relationship : bientôt en DVD
Crédits : Me,I&Myself

message posté (le) Lun 18 Aoû - 18:01 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  


« Au fond la beauté est éphémère. Et à force de la voir, on ne la voit plus.  »
Robert Soulières


Pourquoi s’était-il retourné ? Pourquoi donc était-il revenu sur ses pas ?
Parce que Zephyr n’était pas quelqu’un de froid. Il n’était pas assez à l’aise avec les gens pour se permettre de jouer avec leur sentiment ou leur causer du tort. Pas qu’il soit une âme pure et animée par des sentiments d’un altruisme et d’une droiture sans borne, mais il n’était pas un connard, ça non.
Et c’est peut être les excuses de la jeune femme, c’est peut être son air peiné et triste, ou cette façon qu’elle avait de baisser la tête en se frottant le bras piteusement qui l’avaient aussi un peu décidé.
Non décidément ce masque de froideur ne lui allait pas, Il avait toujours eu du mal à comprendre les gens, comment ils pensaient, agissaient. Toute sa vie, il avait dans sa passion pour le cinéma cherché à comprendre cet autre, à le filmer, à l’observer pour mieux l’analyser, pour mieux le comprendre. Car mieux que quiconque il savait que l’humain n’était pas qu’une image, il n’était pas qu’une nature morte que l’on photographie. L’humain était animé de vie. Et c’est qui faisait sa complexité et sa spécificité.
Gigotant sur ses pieds, il observait la demoiselle, mal à l’aise. En fait il ne savait pas vraiment comment elle allait réagir. Sa cervelle fonctionnant toujours à un rythme effréné il se demanda si proposer une glace à une jeune fille qui venait de vous traiter de pervers n’était pas un peu suspect. Il avait beau y réfléchir il ne voyait pas trop pourquoi. Regardant à droite et à gauche, il voyait bien que les passant ayant assisté à la scène de son «  arrestation » lui lançaient de mauvais regards, des regards méfiants, c’était souvent le cas d’ailleurs, mais bon il faisait toujours comme s’il ne les remarquait pas.
A sa grande surprise, la jeune fille laissa un arc de cercle fendre son visage, dévoilant ses dents blanches, et remontant ses joues qui firent se plisser ses yeux. En analysant les données graphiques, Zephyr pouvait en conclure que :  non elle n’avait pas l’air fâchée, ou intimidée ou quelque chose d’autre. Bon point, soulagement pour lui.

"Pour les photos ça me rassure un peu mais... Ça vous dérange si je les regarde avant que vous ne les supprimiez ? Et sinon je serais bien partante pour une glace vu le temps qu'il fait."

Il haussa un sourcil étonné. Elle voulait voir les photos ? C’était inédit ça. Souvent les gens l’arrêtaient, le jugeaient sans même s’intéresser une seconde à son travail. Cela l’intrigua un peu il resta quelques minutes silencieux, se contentant de fixer la jeune femme toujours le sourcil relevé. mais il se ressaisit, secouant la tête il lui fourgua son appareil dans les mains.
L’appareil de Zephyr était très spécifique, une de ses fiertés en matière de technologie comme sa caméra ou sa super8. Un bijou de technologie qui pourtant était abimé de toute part et semblait avoir fait la guerre, le meilleur appareil d’après le cinéaste, celui qui l’avait suivi dans tous ses délires.
Tiens, il n’avait pas effacé ses dernières photos, hum peut être depuis deux jours il le ferait ce soir, ou en suivant le visionnage de la jeune femme. Il devait y en avoir des faubourgs de Tokyo, surement des photos de Ran aussi, les nuages de tout à l’heure, des gens et puis la jeune brune. Rien de bien folichon en somme.
Suivant la dernière partie de la phrase de sa compagne d’infortune il observa le ciel. Plus aucune trace de nuages, il faisait grand bleu maintenant et le soleil tapait tout de même assez fort, heureusement que ses lunettes étaient une barrière efficace contre la lumière, ou de ce temps-là il ne donnait pas cher de ses yeux. Et puis il commençait à faire chaud, il retira sa veste noire, la coinça sous son bras et déboutonna un bouton de sa chemise juste en dessous de ses clavicules saillantes. Il était toujours vêtu simplement, en occurrence pour l’heure, un pantalon noir, une chemise blanche et une veste noir. Zephyr quoi.
Il invita la jeune femme a le suivre, le long de la rue à la recherche d’un glacier ou quelque chose pour satisfaire son désir de fraicheur.

«  Hum, Libre à vous d’effacer les photos, ça m’évitera de le faire » Lâcha-t-il tout en marchant.

Après quelques minutes de marche, le store coloré d’un glacier se profila non loin d’eux, Prenant la jeune femme par la main, le grand brun l’entraina en souriant près de l’édifice grouillant de gens de tous âges. Mais s’approchant de la vitrine et des cartes il déchantât vite. Impossible de comprendre ce qui était écrit, japonais oblige, et jetant un œil aux produit il recula d’un pas. Ça avait des couleurs étranges, limite si les glaces n’étaient pas fourrées à divers truc étranges et innommables. Ils savait les japonais excentriques, mais tout de même… Elle n’allait pas manger ça. D’ailleurs c’était peut-être un magasin normal pour une japonaise pure souche, mais lui était plutôt un habitué des glaces des quartiers italiens de New-York. Hola, il sentait la nostalgie le prendre à la gorge. Il toussa et revint près de la jeune brune.

«  Hum, je ne sais pas ce que valent les glaces ici… Elles ont l’air.. Bizarres non ? Ou alors c’est normal au japon, je ne sais pas… » Finit-il par dire en se tapotant le menton.





hors jeu:
 



Je ne vois pas pourquoi les gens attendent d'une oeuvre d'art qu'elle veuille dire quelque chose, alors qu'ils acceptent tout à fait que leur vie à eux ne rime à rien
David Lynch
Zephyr speaks in Teal
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPARKLING AVENUE • ☆☆☆☆☆
Féminin Date d'inscription : 22/06/2014
Messages : 354
Popularité : 400
Âge du personnage : 23 ans.
Métier : Mannequin pour de célèbres magazines féminins et pour quelques magazines masculins.
Présentation : here
Relationship : and here
Crédits : <miku>

( Propriété exclusive de Nagato. Tu la touches je mords kk ? 8) grrrrh )(Genre tu en mordrais d'autres ? D8 Mords moi, j'ai bon goût )

message posté (le) Jeu 21 Aoû - 18:32 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  
Tu lui souris quand il glisse son appareil entre tes mains. L'engin est tout caboché, il a du se prendre des gamelles mais il a tenu. Tu regarde les photos, émerveillée devant ses photos. Toutes bien prises, sous de beaux angles et les jeux de lumières sont parfaits. Like a pro. Tu admire son travail quand un rayon de soleil qui n'est plus caché par les nuages t'éblouie. Tu lui rends gentiment son appareil.

"Je vous fais confiance. Je doute fort que vous soyez méchant."

Tu sors ensuite tes lunettes de soleils que tu glisse sur ton nez et laisse ce parfait inconnu te prendre la main pour avancer dans les rues de Tokyo. Tu sais parfaitement que l'été à Tokyo c'est une guerre sans merci pour savoir qui arrivera a passer dans la rue sans se faire bousculer. Ouep, la loi de la jungle ! Le plus fort l'emporte. Tu fixe l'homme qui semble un peu perdu devant les pancarte et qui fait une étrange moue devant les glaces. Tu ris quand il te fait remarquer que les glaces ont l'air bizarres.

"Je vais vous dire les parfums et si ça ne vous tente pas nous iront voir ailleurs. Je vous montrerais les coins où je vais habituellement."

Tu fais un petit clin d’œil du genre complice (alors que pas du tout hein //pan//) en souriant.

"La verte c'est thé vert, un délice. La rose clair c'est fleur de cerisier, l'autre rose c'est fraise. La grise c'est au sésame noir. Ici il y a pêche, vanille, chocolat, caramel. Euh... Raisin, mange, ananas, marron, patate douce, pomme verte, riz soufflé et cacahuète, myrtilles, cookie, haricot rouge, pousse de soja."

Et blablabla. Tu n'en fini pas d’énumérer toutes les glaces puis tu regarde ton compagnon en souriant. Espérant qu'un goût lui plaise. Faut pas se leurrer les goûts particuliers du Japon font peur aux étranger.

"Sinon je peux vous payer des mochis glacés. Dans une bonne boutique évidemment. C'est délicieux ! Enfin... Pour moi."

Tu ris légèrement, un peu tendue.




   

   
.


Merci Yune ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
F-LAWLESS FACTORY • ☆☆☆☆☆
Masculin Date d'inscription : 04/07/2014
Messages : 136
Popularité : 415
Âge du personnage : 30
Métier : realisateur/Scenariste
Présentation : Trailer
Relationship : bientôt en DVD
Crédits : Me,I&Myself

message posté (le) Sam 27 Sep - 9:23 dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  


yeux de l'étranger voient plus clair.  »
Charles Reade


Les sourcils de Zephyr tressautaient nerveusement, comme à chaque fois que sa cervelle était dans une réflexion intense, ou toute autre activité qui monopolisait son attention. Cela l’avait touché, plus qu’il ne voulait laisser l’entendre, que la jeune fille se soit intéressée un bref instant à son travail, et qu’elle ait affiché sur son visage un air presque émerveillé. Non seulement cela flattait son ego d’artiste, mais en plus il avait moins l’impression de passer pour un pervers. Mais pour l’heure de derrière ses lunettes il fixait avec son regard acéré le stand du glacier.
Est-ce que ce sont de vrai tentacules dans cette glace bleue ? J’veux dire, c’est de la glace au poulpe, de la glace à l’encre ? owh Jeez mais quelle idée…. Mais.. ça doit colorer la langue… Pourquoi donc les japonais ont-ils un tel attrait pour les trucs avec des tentacules gluantes et …berk, ça me rappel ce truc de dessin animé porno avec des poulpes que j’ai trouvé chez Sakon…Oh mon dieu berk…

Le fil de ses pensées intarissable et quasi insaisissable pour celui qui prenait le train en route continua, jusqu’à ce que la voix de la jeune brune le sorte de ses pensées.
Elle rit à sa remarque sur l’étrangeté des glace. Mais il est vrai qu’au japon tout est… Etrange, original, édulcorée… et incompréhensible pour lui. Le choc des cultures surement.

"Je vais vous dire les parfums et si ça ne vous tente pas nous iront voir ailleurs. Je vous montrerais les coins où je vais habituellement."

Il se gratte la nuque et sourit gêné tandis qu’elle lui fait un clin d’œil, Ah, elle doit le prendre pour un idiot peu dégourdit.
« Effectivement, je suis très mauvais en Japonais. » confie-t-il avant de l’écouter attentivement.

"La verte c'est thé vert, un délice. La rose clair c'est fleur de cerisier, l'autre rose c'est fraise. La grise c'est au sésame noir. Ici il y a pêche, vanille, chocolat, caramel. Euh... Raisin, mange, ananas, marron, patate douce, pomme verte, riz soufflé et cacahuète, myrtilles, cookie, haricot rouge, pousse de soja."

Il hausse les sourcils, et répète pour lui les parfums l’ayant le plus marqué

« sésame… ? Pomme de terre.. ? Haricot … ? » pour ce dernier parfum, il ne peut s’empêcher d’esquisser une grimace légèrement dégoutée, ne pouvant se sortir de la tête l’image d’une crème glacée recouverte de Beans on toast. Pas très appétissant.

"Sinon je peux vous payer des mochis glacés. Dans une bonne boutique évidemment. C'est délicieux ! Enfin... Pour moi."

Le rire un peu tendu de sa compagne l’alarme. Effectivement, elle est peut être ennuyée par la tournure que prend la situation. Il secoue vivement la tête, et tente de la rassurer.

«  Non, Ne vous inquiétez pas, je ne veux rien.. Et puis, c’est moi qui veut vous offrir quelques chose. Attendez ici, j’vais essayer d’aller commander. »

Il l’abandonne un instant, sachant assez aisément se frayer un chemin dans la foule, l’avantage d’être une grande perche peu avenante surement. Mais cette foule d’ailleurs commence à lui peser sur le système. Non pas qu’il soit agoraphobe étant né dans une grande ville, habitué au peuple à outrance. Mais toujours lorsqu’il était entouré et un peu trop compressé, sa claustrophobie maladive avait tendance à le titiller.
Un instant il tourne la tête vers la jeune femme qu’il vient de laisser non loin de là. Et ce qu’il voit ne lui plait pas, puisqu’elle semble aux prises avec un étrange individu. Un véritable pervers cette fois.
En quelques enjambée il se retrouve près d’eux, le type trapus et veule la tient par le poignet lui baragouinant quelque chose en japonais. Mais pas besoin de parler couramment la langue nipponne pour savoir que la situation, ne devait pas plaire à la jeune femme.
Le cinéaste s’approcha et posa sa main sur l’épaule de l’homme, le toisant de toute sa hauteur devant bien faire deux voire trois têtes de plus que lui. Il abaissa un peu ses lunettes de soleil, laissant apparaitre ses yeux jaunes de serpents, foudroyant et tranchant coupant avec un regard noir des plus équivoque. Il n’eut pas à faire grand-chose à part signaler à l’autre, d’un geste de sec, de dégager vite fait. Ce que l’autre fit.
Zephyr n’était pas quelqu’un de fort physiquement, il n’avait pas une carrure impressionnante, mais il pouvait parfois faire peur lorsqu’il était en colère ( chose pourtant rare et donc ô combien plus flippante. ) C’était comme être en face d’un serpent, impassible, calme en apparence et pourtant mortel. Le regard froid, les traits coupant.
Mais le cinéaste de la F-lawless, abandonna bien vite cet air effrayant pour reprendre celui habituel, soupirant et se frottant nerveusement les yeux. Il n’aurait peut-être pas dû baisser ses lunettes, c’était peut-être too much, l’autre allait surement en cauchemarder la nuit, et de ce fait il avait maintenant horriblement mal aux yeux. Essuyant les petites larmes d’irritation qui y perlait, il se baissa pour faire face à la brune et posa une main sur son épaulé, pour lui demander, inquiet.

« Est-ce que tout va bien ?... Ksss que fait la police quand on a besoin d’eux, rah ! surement occupé à arrêter les honnêtes gens oui…» Il siffla encore un peu vexé par l’affront que le policier lui avait fait plus tôt puis secoua la tête «  Vous connaissez peut être un endroit plus calme ? Je vous offre ce qui vous fait plaisir,  vous devez connaitre le coin mieux que moi ! » Lâcha-t-il en lui tendant la main, un sourire fin aux lèvres.




hors-jeu:
 



Je ne vois pas pourquoi les gens attendent d'une oeuvre d'art qu'elle veuille dire quelque chose, alors qu'ils acceptent tout à fait que leur vie à eux ne rime à rien
David Lynch
Zephyr speaks in Teal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

message posté (le) dans Re: Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]
     •  
  •     •  
Revenir en haut Aller en bas
 

Euh... T'es qui toi ? Tu veux quoi ? [feat Zephyr ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STARDUST :: Conclusion :: Bibliothèque des RPs-