Partagez | 
 

 Zephyr, comme le vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
avatar
F-LAWLESS FACTORY • ☆☆☆☆☆
Masculin Date d'inscription : 04/07/2014
Messages : 136
Popularité : 415
Âge du personnage : 30
Métier : realisateur/Scenariste
Présentation : Trailer
Relationship : bientôt en DVD
Crédits : Me,I&Myself

message posté (le) Ven 8 Mai - 18:36 dans Zephyr, comme le vent.
     •  
  •     •  
Zephyr Sandman


NOM COMPLET : Sandman Comment le marchand de sable.
PRÉNOM(S) : Zephyr
ÂGE : 30 et toutes mes dents
DATE/LIEU DE NAISSANCE :  Manhattan New york – 01/05
ORIENTATION SEXUELLE :  mange de tout
STATUT MARITAL :   C’est compliqué, les fesses entre une plante verte et un rail de coke
ORIGINE(S) : New-Yorkaises
MÉTIER :  Réalisteur/Scenariste à succès siouplay !
SITUATION FINANCIÈRE :  Essaie d’éviter de dépenser ses sous en petit plaisir blanc à mettre dans le nez nan c’est pas des suppositoires
GROUPE SOUHAITÉ :   F-LAWLESS FACTORY
AVATAR : Anthony J. Crowley – Good Omens [ Fan Art ]
Un vieux cinématographe poussiéreux

Zephyr : le Zéphyr c’est un vent, et ça lui correspond bien. Le vent c’est rapide, c’est insaisissable, indomptable.

Passionné : la grande passion de Zephyr c’est le cinéma. Le cinéma c’est sa vie, son art auquel il donne tout. Il connait son histoire par cœur tous les grands réalisateurs, les grands films, les types de camera, l’échelles des plans, la liste des raccords, les formats, les bandes, les types de pellicules, les tables de montage. TOUT. Il est de ce genre de type qui peuvent rester en admiration devant un raccord ou un plan. Un plan que tout le monde trouverai banal. Il cherche pas la gloire, l'argent la célébrité. il cherche l'art et son idéal. L'art qui prend pied. Et parallèlement prendre son pied aussi.

Plante verte : Il a des plantes vertes chez lui, il aime bien s’en occuper. Mais bizarrement si les plantes pouvaient téléphoner, cela fait longtemps qu’elles auraient appelé « S.O.S plantes psychologiquement martyrisées »

Hyperactif : Depuis toujours il lui est impossible de se calmer, sa cervelle est en constante ébullition , son corps a besoin de s’occuper. Il est hyperactif et ne peut pas rester en place trente secondes. Il faut qu’il marche. Qu’il court. Qu’il filme. Qu’il parle. N’importe quoi. La nuit il ne peut pas dormir, pas temps qu’il n’est pas mort de fatigue, pas temps qu’il ne tombe pas comme une mouche, qu’il s’évanouisse. Pas le temps de manger, trop de choses à faire, à écrire, à inventer. Il est claustrophobe, c’est bien normal. Si tu l’enferme sans qu’il puisse bouger nulle part, il devient fou, il tremble, il se sent mal, il pète un câble. C’est comme ça, on enferme pas le vent. Il a des médicaments contre ça, mais il s’en fout, il les prend pas. Une chose est sûre, lui, il ne vivra pas vieux.

Excentrique : ah ça. Ça c’est tout lui. Oh, il n’est pas excentrique dans le sens “ youpladou ouhouhou regarde ma Cherie tou es maïïïgnifique avec ces choussures canard et ce chapal parapluie ». Nan. Il s’habille simple, une chemise, un pantalon et des lunettes de soleil. Toujours des lunettes. ça caches ses yeux, ses yeux jaunes. Il parle tout haut, il parle aux plantes, ne fait jamais rien comme il faut. C'est dans ses films, dans son lui profond que son excentricité se révèle !

Obsessionnel : s’il trouve l’inspiration en une personne, si cette personne, cette chose se révèle être sa muse d’un jour. Il la suivra partout, l’observera, ne la lâchera pas avant d’avoir pu puiser son inspiration en elle. Il sait sublimer les gens dans ses films, il sait les révéler c’est ce qui fait de lui un grand artiste. Sur les plateau il est très exigent avec ses acteurs, avec son équipe, mais bien plus avec lui-même. Même s’il s’emporte parfois et qu’il a tendance à oublier que les gens ont parfois besoin de se reposer, on apprécie travailler avec un type aussi passionné par ce qu’il fait.

Cocaïnomane : son grand tare, son addiction. Il est incapable d’y résister, enchaine les crises de manques, les séjours à l’hosto, c’est pas bon la cocaïne pour un hyperactif. Mais ça aussi il s’en fiche.

Un seul mot : Autodestructeur
Et vous ne le connaissez même pas encore....

Avant-première

Sa vie se résume dans les hopitaux. ( on va passer sur les nombreux psy, qu'il n'a de toute façon jamais écouté et qui avaient tous un diagnostique du genre : " à enfermer d'urgence" )

1 ère fois à l’hopital : naissance

Il avait toujours aimé sa mère, beaucoup. De la façon dont les petits garçons aiment leur mère. Son père en revanche, il changeait tout le temps. Des papas il en a eu pleins.
Plus tard, il comprit que c’étaient les clients de sa mère.
Et encore plus tard il comprit ce qu’était le métier de sa mère, autre que celui de coiffeuse. Mais il ne l’aima que plus. Il ne pouvait pas être dégouté de cette femme qui était en quelques sorte vendeuse de son corps, vendeuse de bonheur, pour lui assurer une vie descente. C'est comme ça, c'est l'une des visions de Zephyr.
Bien sûr ils n’avaient pas beaucoup d’argent,mais ils n’étaient pas malheureux. Zephyr n’était pas un gamin malheureux. Il était juste intenable. Toujours à courir partout, à faire  cents milles choses, à mettre sa santé en jeu. On ne comptais plus les ecchymoses et les bras cassés récupérée dans les ruelles de la grande ville.

Entre 6 et 10 ans plus de 20 fois à l’hôpital : divers membres cassés + diagnostique d’hyperactivité
.

Pour aider financièrement sa mère il a commencé à bosser, dès tout jeune. Mais faut pas s’apitoyer, il aimait bien ça, ça le faisait se dépenser. Le matin il livrait les journaux à vélo ( il a toujours aimé le vélo), et le soir il aidait dans un petit cinéma près de chez lui. C’est là qu’il a découvert sa passion pour le cinéma, et il en a bouffé des kilomètres de pellicule. C’est là aussi qu’il a découvert que ses yeux anormalement jaunes pouvaient lui causer du tort, en tombant dans les pommes après trois heures devant l’écran.

Entre 10 et 17 ans : blessures des petits boulots + découverte de son hyper sensibilité rétinienne et déformation de la pupille = port de lunettes de soleils obligatoire.

Il réalise des films, passe ses nuits à étudier, à monter, à synchroniser, ne sort plus, ne voit plus personne, travaille d’arrachepied pour cette passion dévorante, tente plusieurs grandes écoles, passe des tas de concours. A bout il tombe comme une mouche, mais il est pris là où il veut. Pourtant ce n’est que le début.

Entre 17 et 20 ans impossible de compter les passages à l’hôpital et à l’infirmerie : fatigue + hypoglycémie + comportement autodestructeur.

Après il rentre dans le monde de la pub, le cinéma, il ne l’atteint pas facilement. Bien sûr il réalise des films, mais son rang social fait de lui un génie incompris. Alors il se rabat sur autre chose, pour s’entrainer, pour gagner de quoi vivre, pour se faire un nom. Le milieu de la pub, c’est un milieu de fous, faut tenir, faut se battre pour survivre. Et pour survivre on se drogue. Voilà sa première rencontre avec la cocaïne.

Entre 20 et 30 ans fréquente plus de 10 hôpitaux et centre de desintox’ : overdoses en serie + surmenage.

Enfin son travail pait, il participe à des concours, fait des rencontres. Ses films commencent à être connus, les films, pas lui. Mais ça lui va. Zephyr veut être l’homme dans l’ombre, le Pygmalion qui donne la vie. Il veut que son art soit reconnu de tous. Il voyage pas mal, continue d’apprendre, il est comme un puits sans fond.
Il galère toujours bien sûr, marcher en indépendant ne mène à rien, c’est beaucoup trop de choses à gérer, trop de stress. Il s’installe au japon. Parait que ça va lui faire du bien, le calmer, que c’est dans la culture. C’est ce que tous ses proches croyaient. Avant bien sûr qu’il ne rentre à F-lawless Factory.

On ne sait pas de quoi il mourra : accident, overdose, surmenage. Une chose est sûre. C’est qu’il ne vivra pas vieux. Alors tant qu’à faire, mieux vaut vivre pour son art, puisque l’art est immortel.

Derrière l'écran blanc des salles obscures...

TON PETIT PSEUDO : The Leprechauns Queen
TON ÂGE ? : 17 piges
D’OÙ VIENS-TU COMME CA ? : D’mon Tardis my dear
UNE REMARQUE ? : Kids! Bringing about Armageddon can be dangerous. Do not attempt it in your own home.  



Je ne vois pas pourquoi les gens attendent d'une oeuvre d'art qu'elle veuille dire quelque chose, alors qu'ils acceptent tout à fait que leur vie à eux ne rime à rien
David Lynch
Zephyr speaks in Teal
Revenir en haut Aller en bas
 

Zephyr, comme le vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STARDUST :: Gestion des personnages :: Création des personnages-