Partagez | 
 

 #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Lun 2 Juin - 16:07 dans #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
.

« La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours... »

Je revenais juste d'une répétition à la salle de danse de la compagnie pour une représentation dans quelques jours et comme à mon habitude, j'allais manger à 11h pour pouvoir travailler toute l'après-midi et la soirée sans avoir à digérer la nourriture de fast-food. Oui, du fast-food. Je vais à Roppongi absolument tous les jours pour me nourrir, près des bars étrangers. Là-bas il y a un des restaurants présidés par ma mère, ça me fait renouer avec le pays, les souvenirs et tout le baratin. À vrai dire même si je ne suis pas pipelette, tout le monde me connait bien là-bas. Il y a même un gars du pays. Le pauvre a galéré pour trouver du boulot dans la zone, mais je suis bien contente qu'il soit là. Il parle un peu moins bien japonais que moi mais m'aide parfois à me souvenir de mes traces d'espagnol dès que j'en ai le temps. En somme c'est un gars bien, bon employé et pas trop chiant. Peut-être mon seul "ami".

Je déambulais dans les rues en tenue de sport, avec un sac d'une taille faramineuse pour pouvoir y loger mon costume et mes deux fourreaux autour de ma taille que j'avais oubliés d'enlever. Bon au pire, on me connaissait ici et on savait que je n'allais pas assassiner une grand-mère avec mes poignards. Pourtant les regards fusaient autour de moi. Touristes. Sincèrement, je m'en foutais, j'allais manger pour pouvoir poursuivre le travail et ça me suffisait.

Au bord du comptoir, un plateau rouge avec un expresso double, une grande salade et des nachos sauce fromage encore fumants m'attendaient. Je fis un léger signe de la tête à la caissière de la caisse la plus proche pour ensuite empoigner mon plateau et aller me caser à ma place habituelle. À l'angle du restaurant, près de la baie vitrée et du mur, à la table de deux pour que personne ne vienne se coller à moi. Je m'assis sur la banquette et posai mon sac sur la chaise d'en face. Phew. La télévision accrochée au poteau d'en face montrait des chaînes musicales, toujours le même refrain : Produit et réalisé par la F-Lawless Factory. Bon piège à pétasses. Dire que j'étais dans l'équivalent coréen de cet abattoir me donne la chair de poule. Après m'être enfin posée, je détachai mes fourreaux de ma ceinture pour les poser à côté de moi. Et comme un petit rituel, je goûtai mon café du bout des lèvres pour vérifier si les employés n'avaient pas mis de sucre. Cela fait déjà cinq ans que je mange tous les jours chez eux, mais je ne peux m'empêcher de vérifier. C'est bon. L'amertume et la chaleur du café se plongeaient dans la tuyauterie de mon corps dans une douce douleur et une douce brûlure. Une journée comme un autre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Lun 2 Juin - 20:47 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  

♕ LA VIE EST BELLE TU SAIS, DONNE-MOI UN SOURIRE ♕
Les doigts qui glissent à cause de la moiteur, le dos qui craque à cause du grand nombre d'heures passées sur un tabouret, penché sur un corps avec une machine qui fait un bruit infernal de souris que l'on égorge, c'est le quotidien de Mei qui s'acharne sur elle depuis près de deux ans. C'est long, c'est bruyant et lent, mais c'est passionnant, alors c'est le sourire aux lèvres et la blague facile que la demoiselle converse avec légèreté avec un client qui se fait souffrir. Offrant un peu de bonheur à l'état pur à ces gens pas toujours joyeux.

Mei elle est un peu sur une autre planète. Mei elle est pas de ces grandes villes où la vie semble sombre et bien trop morne pour être vécue. Mei elle est pas de ce milieu où l'on ment et on s'invente une vie. Mei... Mei elle vient de ces endroits paradisiaques où la vie est plus simple, où on se soucie juste de savoir si cette semaine on aura de l'eau chaude pour la douche et si le soleil ne tapera pas trop fort sur notre peau. Alors Mei dans tout ça, avec ce sourire qui n'est pas factice, elle fait une tâche. Trop entière.

Soupirant et laissant pénétrer la dernière goutte d'encre noire, d'un ton satisfait et enjoué, elle annonce très fière que le travail est terminé. La peau rougit de l'épreuve, le client lui accorde un remerciement et une accolade chaleureuse, avant de sourire et sortir de la pièce pour aller parler au gérant du salon.

Rangeant le matériel et retirant une énième paire de gants, elle passe sa tête à travers les rideaux rouges qui coupent sa pièce à celle de l'entrée.

▬ Bon, il est Onze heures. Je sors manger avant les rendez-vous de midi et demi.
▬ Pas de soucis. A toute à l'heure.


Un dernier signe de la tête et voilà que Mei se retrouve dans la foule bien vivante des rues de Roppongi où les ethnies de différents pays s'activent et s'extasient sur tel ou tel bâtiment, ou tel ou tel petit stand à la sauvette non réglementaire... Et aussi esquivant encore quelques jeunes gens encore comateux de leur cuite.

Bien vite, la demoiselle à la chevelure de neige se retrouve devant l'un de ces fastfoods favoris... Oh vous vous posez sûrement la question comment une fille aussi charmante peut se nourrir d'une alimentation aussi impure... Et bien je vous répondrais : Parce que le salaire.

Entrant dans le restaurant déjà plein à craqué avec son habituel sourire, elle va faire la file comme tout le monde, les mains dans le dos, faisant encore tâche dans la population avec ses habits pleins de couleurs toutes fluffy, au milieu des gens en marron, en gris, en noir ou avec un peu d'originalité, en bleu marine.

Comme ça elle a l'air un peu d'une gamine, mais Mei se fiche bien du regard des gens, se souciant peu de l'image qu'elle peut donner à son entourage. De toute façon... Qu'on ce le dise, Mei est encore une enfant dans sa tête, trop innocente, trop vivante. Cela en est presque dérangeant d'ailleurs.

Plateau en main et son porte-monnaie plus léger de quelques Yens, elle va s'asseoir à l'unique place encore disponible dans ce fastfood Mexicain, à côté d'une fille qui n'a pas l'air heureuse dans la vie, ce qui met très vite mal à l'aise Mei, se rendant immédiatement responsable de ce comportement dépressif. Pour X ou Y raison, la face morose des gens la font stresser de tout son être... et ça l'énerve... Puis elle voit deux poignards. DEUX. POIGNARDS.

▬ Woh. C'est parce que vous êtes tueuse à gage que vous faites la gueule comme ça ?

C'est ses grands yeux bleus qui s'agrandissent, fixant les deux lames, une frite huileuse dans la bouche.

Je vous assure, l'innocence de Mei peut être... déconcertante.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Mar 3 Juin - 18:37 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
.

« La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours... »

La foule filait dans un mouvement monotone de va et vient. Les visages incolores des clients se confondaient dans la blancheur des murs. Je trouve la peau blanche bien plus attirante que la mâte que j'ai tout d'abord car j'utilise encore des produits de dépigmentation, mais là. Une fadeur assez impressionnante. Avec mon top arborant l'orange fluo et ma peau sombre, je me sentais encore comme un alien. Tout ça ça se passait dans ma tête, bien sûr. Mon moral est apparemment trop étanche pour laisser passer mes émotions. J'aime quand même beaucoup ce quartier, il me rappellerait presque Hongdae où j'avais l'habitude de traîner dans les rues et le Hongdae Playground pendant mes nuits solitaires sans sommeil. Séoul et Tokyo sont deux villes qui ne dorment jamais et c'est pour ça que je m'y identifie facilement. Je n'espère pourtant pas devenir la plus grande superstar Nipponne, car je suis toujours bien étrangère.

Sur ces pensées je me rappelai ce que mon oncle m'avait dit deux jours auparavant, lorsque j'avais encore dormi chez lui. Trouve toi où vivre, sérieusement. Je ne rentre pas souvent car je dors en général à l'agence sur un sofa qui traîne dans les couloirs. Avec toutes ces années, j'ai vraiment développé un sommeil de plomb il faut dire. Lorsque soudain une visite me sortit brusquement de mes songes. Une inconnue était venue s'asseoir à côté de moi. Un peu psychédélique. Je ne voyais strictement pas ce qu'elle faisait là, sincèrement.

« Woh. C'est parce que vous êtes tueuse à gage que vous faites la gueule comme ça ? »

Je rigolai intérieurement. Elle sort d'où elle ? Elle n'avait pas l'air trop méchante mais juste un peu creuse sur les bords. Tueuse à gage ? Haha. La seule chose que je fis c'est pivoter la tête machinalement vers elle. Avec la même expression figée, je la regardai une fraction de seconde dans le blanc des yeux pour retourner piocher un nachos dans mon plat. Toujours en essayant d'attraper la sauce tomate, je lui répondis d'une voix calme (apparemment inaudible pour les êtres humains, comme on me le dit souvent).

« Vous êtes ? »

Tout en croquant dans mon encas, j'attendis une réponse silencieusement. Oh, elle ne m'embêtait pas, mais c'est que je répète bientôt moi. Alors, en un mouvement bref, je pris mes fourreaux, qui heureusement n'étaient pas à sa portée, pour les rapprocher de ma cuisse afin qu'elle ne s'amuse pas à toucher à mon matériel favori.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Mar 3 Juin - 20:41 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  

♕ LA VIE EST BELLE TU SAIS, DONNE-MOI UN SOURIRE ♕
Le monde passe avec vigueur de l'autre côté de la vitre du restaurant. Dehors c'est la vie qui s'inspire et s'expire dans l'organisme des gens. Une vie pourtant bien factice. Une vie créée de toute pièce pour le grand bonheur de ses petites gens qui ne savent pas vraiment quoi devenir, pas vraiment quoi faire. C'est pathétique ce théâtre, dehors, sous ses yeux. Sous leurs yeux. Ces jeunes à la tête décoiffée, mal fringué, aux tâches suspectes sur les vêtements qui arrivent l'air ensommeillé, sortant d'une ruelle après une belle soirée en boîte de nuit. C'est de la débauche dehors, du mensonge, de l'illusion.

Au milieu de tous ces gens au semblant heureux et pourtant arborant des couleurs sombres, il y a deux tâches. Une rose bonbon, et une orange... terne. Deux tâches. Deux personnes.

Mei observe la fille à la peau matte d'un oeil chirurgical qui est sûrement très gênant tellement la censure n'y est pas. Mais la jeune femme aux allures enfantines s'en fiche bien, n'en n'ayant sûrement pas vent. Alors elle regarde de ses grands yeux bleus rieurs cette fille qui fait également tâche dans cette société où la peau est presque aussi blanche que le coton. Elle essaye même une approche un peu gauche pour entamer la discussion... ce qui est un échec total quand elle voit que l'autre tâche ne change pas d'expression... lui donnant froid dans le dos. Mais Mei ne se laisse pas abattre, arborant toujours un sourire quand l'inconnue lui demande qui elle est.

▬ Yīngtáo. Yīngtáo Mei. Et vous ?

C'est un sourire doux que mademoiselle dessine sur ses lèvres rouges, toujours en observant intensivement la fille à côté d'elle, remarquant que celle-ci rapproche ses lames près de ses cuisses. Cette réaction fait pétiller d'humour les yeux de la tâche rose.

▬ Vous savez, je ne compte pas me jeter à votre cou, dit-elle avec légèreté avant de reprendre, Mais je vous conseille de ranger ça dans votre sac... Ce n'est pas très bien vu par ici à cause des Yakuza.

Le dernier mot de sa phrase lui procure un frisson provoqué par une peur tapie au creux de son ventre. Ici, dans ce quartier de nuit, il n'est pas rare de croiser un membre de tel ou tel clan en train de faire du repérage... ou du racket.

Mais après tout… Peut-être que…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Dim 8 Juin - 11:09 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
.

« La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours... »

« Yīngtáo. Yīngtáo Mei. Et vous ? »

Une Chinoise ? En une fraction de seconde, toutes mes sept années passées à Tokyo défilèrent dans mon esprit, la Chine et le Japon m'avaient bien plus bercées que le Mexique ou la Corée ne l'ont fait et un souffle de mélancolie passa dans ma tête. Alors, comme toujours enfouie dans ces idées, je répondis sans réfléchir :

« Appelez-moi Xia. »

Mon pseudonyme m'était venu si naturellement que j'aurais pu penser en avoir oublié mon nom de naissance. Cela allait peut-être la rassurer malgré que j'aie blotti mes armes près de mon corps, ce qui est un comportement souvent propre aux Yakuzas avant de vous planter leur métal dans votre dos. Mais elle n'avait pas l'air d'y prêter attention et toujours bien plus absorbée par les lames que par le nom que je lui ai donné, elle me dit :

« Vous savez, je ne compte pas me jeter à votre cou. Mais je vous conseille de ranger ça dans votre sac... Ce n'est pas très bien vu par ici à cause des Yakuza. »

Son dernier mot était tremblant et à la seconde où il résonna dans mon esprit comme un écho, elle eut un frisson, des sueurs froides dans le dos. Cette fois-ci c'était clair, elle avait bel et bien peur de moi. Je continuai de la regarder avec le même coup d'oeil et le même visage, les battements de mon coeur et le tic-tac des secondes défilaient, mais toujours aucune parole. Alors, je pris en compte ses dires et répondis à son conseil, car je ne voulais pas passer la journée à feignanter :

« Si seulement je pouvais l'atteindre, mon sac. » répondis-je d'une voix calme et douce comme à mon habitude.

Elle était campée juste à côté de moi, la table était collée à la baie vitrée et le seul endroit pour passer était entre la table voisine et la mienne, exactement où elle s'était assise. Même si je n'aimais pas quitter mon matériel, je ne voulais pas causer de panique générale dans le quartier et finir à la une des quotidiens, en photo sous le titre "Une Yakuza sans tatouages a essayé de tuer les 127 millions d'habitants du Japon". Alors, en attendant qu'elle se remette de ses émotions, je sirotai mon café qui avait déjà eu le temps de refroidir depuis son entrée fracassante.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Dim 8 Juin - 19:11 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  

♕ LA VIE EST BELLE TU SAIS, DONNE-MOI UN SOURIRE ♕
Plutôt agréablement surprise d'entendre un prénom chinois t'es lèvres s'étirent légèrement dans un sourire semi-amusée, semi-étonnée, mais tu décides de ne rien dire, un peu gênée de t’immiscer aussi vite dans la vie de cette jeune femme aux allures chaudes qui t'intriguent. Tu dois êtres suffisamment dérangeante à regarder aussi chirurgicalement les traits de son visage.

▬ Si seulement je pouvais l'atteindre, mon sac.

Sortie de ta réflexion par la voix douce et calme de ta voisine stoïque, tu jettes machinalement un coup d'oeil vers le dit sac de la jeune femme, avant de te lever, voulant te rendre un peu serviable.

▬ Oh... Tenez, dis-tu en prenant le sac et lui tendant, Woh... c'est que c'est lourd...ahah...

Après cela tu te rassoies un petit sourire gêner sur les lèvres devant peu de réaction sur le minois de... Xia. Nom qui te gêne, ne comportant aucun nom de famille... à moins que cela en soit un... mais tu doutes.

▬ Alors comme ça... juste Xia... Vous n'avez pas un nom de famille ou un prénom...

Voici une demande un peu étrange peut-être, mais toi qui a l'habitude d'appeler les gens par leur nom de famille, cela te perturbe grandement. Chose peut-être idiote, voir même ridicule, mais c'est comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Dim 8 Juin - 20:02 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
.

« La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours... »

Alors, la petite femme étrange se leva, je croyais qu'elle allait me laisser passer, mais au lieu de ça, elle prit mon sac. Au moment où elle empoigna le bord de l'objet, je voulus l'arrêter, car je croyais qu'elle allait se briser le dos, mais il était déjà trop tard, alors tout en se plaignant, elle me le remit en mains et je le posai sur mes genoux en faisant attention à ne pas renverser mes plats.

Rassise, elle était pensive, presque tout aussi calme que moi. Je rangeai le reste de mon matériel dans mon sac et le posai dans le petit espace entre la baie vitrée et mes cuisses. Mes affaires prenant un espace fou, je dus me décaler et pousser légèrement Mei qui réagit aussitôt, comme sortie de son songe.

« Alors comme ça... juste Xia... Vous n'avez pas un nom de famille ou un prénom... »

Finalement, elle avait bien réagi. Alors, au lieu de jouer les personnes trop sombres et mystérieuses, je répondis en fixant mes nachos sauce fromage qui allaient refroidir à leur tour.

« C'est juste un pseudonyme. Je donne rarement mon nom de naissance. »

Je n'allais quand même pas étaler ma vie à cette fillette qui m'empêchait de manger. Bien que je ne la haissais pas, je reprenais les répétitions dans peu et je ne voulais sûrement pas les rater. Alors, pour ne pas la froisser, je dis sur un ton posé :

« Maintenant, si vous permettez. »

Je pris ma fourchette et la plantai dans ma salade. C'est pas vraiment commun les fourchettes ici, alors, autant en profiter. En une grosse bouchée, mon appétit s'ouvra et j'en oubliai presque la visiteuse inconnue.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Dim 8 Juin - 21:09 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  

♕ LA VIE EST BELLE TU SAIS, DONNE-MOI UN SOURIRE ♕
Tu as vaguement l'impression de la gêner, de l'ennuyer totalement avec cette façon que tu as de parler aussi simplement à cette fille que tu ne connais pas. Pourtant cela n'est rien de mal que tu lui veux. Avec autant de proximité avec les gens, il est difficile de ne pas engager un semblant de conversation. Mais bon, il est vrai que tu aurais pu parler à ton autre... voisin... un japonais à l'air un peu étrange et mangeant très bruyamment, qui n'a pas grand intérêt à tes yeux.

Alors qu'elle répond simplement à ton interrogation, elle ne semble pas vouloir t'en dire plus, ce qui te met encore plus mal à l'aise, te perturbant.

Tu l'observes donc juste manger, te sentant soudainement très seul, presque à en voir une botte de poussière et de foin venant du désert, passer dehors, devant toi. Alors un peu gauche tu fais de même, prenant une fourchette, ustensile occidental, et tu manges un nachos, ton appétit lointain. Et les secondes te parèrent longues. Très longues... jusqu'au moment où la question qui te trotte depuis le début dans la tête sort d'entre tes lèvres rouges.

▬ Humm... Sinon... Vous êtes de quelle origine ? Je doute vraiment que vous soyez chinoise, étant donné que c'est un pseudonyme, puis tu te coupes, réfléchissant une fraction de seconde avant de reprendre, Vous avez la peau plutôt mate pour une asiatique.

Et c'est tes yeux qui se posent ; même s'impose sur son minois. C'est trop compliqué pour toi la censure. C'est trop compliqué pour toi de brider ta curiosité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Mar 10 Juin - 18:28 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
.

« La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours... »

« Humm... Sinon... Vous êtes de quelle origine ? Je doute vraiment que vous soyez chinoise, étant donné que c'est un pseudonyme. Vous avez la peau plutôt mate pour une asiatique. »

Je m'arrêtai subitement de mâcher ma salade. Pour une asiatique ? Vous avez la peau mâte pour une asiatique ? Je me retournai une seconde vers elle, la fixant, pour vérifier si elle ne portait pas de lunettes que je n'aurais pas remarquées. Apparemment non. Qu'entendait-elle par "Pour une asiatique" ? Sous-entendait-elle que je n'étais pas des leurs ? J'avais certes des origines mexicaines, mais j'étais d'abord une Coréenne de sang. Je savais que le racisme était fort au Japon, mais cela atteignait les plafonds là. Alors, ne sachant pas quoi dire, je retournai à mon plat, stupide. La jeune femme continuait de manger ses nachos avec une fourchette. Original, mais pas idiot pour autant. Cela lui évitait de se salir ses doigts tous blancs, eux, purement asiatiques, pales, contrairement aux miens.

Malgré tout ce à quoi j'essayais de penser, cette même affirmation retentissait dans mon esprit. Pour une asiatique. Peut-être que l'inconnue était vexée, attristée, je n'en savais rien. Je m'en fichais. Je ne voulais plus y prêter attention, car j'avais déjà assez souffert de ma différence depuis une bonne vingtaine d'années. Vous savez à quel point cela est dur de se trouver une place ici ? Vous savez combien de fois votre peau est en sang à cause des blanchissements trop fréquents ? Alors, silencieusement, je repris un nachos dans ma barquette encore pleine, le mis en bouche, ouvris mon sac pour aller chercher l'ombrelle dont je me servais pour les répétitions de mon spectacle à venir, la pris sous mon bras, mis mon sac sur mon dos, puis empoignai mon plateau. Avec un signe léger de la tête, je me retournai vers cette femme et lui dis dans un léger soupir :

« Mon nom est Kim Gaeul. » Si cela peut vous aider.

Enfin, je me retournai et me dirigeai vers les comptoirs pour rendre la vaisselle aux employés. Ai était la caissière la plus proche, alors, dans un souffle, je la remerciai des plats que j'avais laissés quasiment pleins, sortis un billet de la poche de mon sac en tant que pourboire, pour prouver aux cuisiniers qu'ils n'avaient pas travaillé pour rien. J'avais ignoré cette dame avec des intentions à la base bienveillantes, mais mon alter-ego m'empêchait de réagir de toute autre manière. Je ne pouvais pas le supporter. Alors, je me dirigeai toujours silencieuse vers la porte de sortie. Dans la rue, j'avais ouvert mon ombrelle et étais en route pour déambuler dans les ruelles sous le soleil tapant de la capitale.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

message posté (le) Mar 10 Juin - 20:34 dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  

♕ LA VIE EST BELLE TU SAIS, DONNE-MOI UN SOURIRE ♕
C'est une étrange réaction qu'il est possible de voir sur les traits de la fille. Les lignes de sa mâchoire sont maintenant rigides. Tes yeux sont rivés sur ce changement, un peu affolé, c'est ton dos qui se raidit à son tour, déglutissant mal désormais. Ton nachos passant presque mal dans ta gorge. Cette froideur soudaine te tétanise, toi pauvre fille qui ne voulait aucun mal, juste un peu de compagnie.

Ô tu étais réellement intéressée par l'histoire de cette jeune femme. Tu l'es toujours d'ailleurs, mais il semblerait que ta question l'ai froissé, alors dans ta tête c'est une tornade de honte et de malaise qui balaye toutes actions, toute demande de pardon. C'est l'apocalypse.

Alors tu fais comme elle, tu ne manges plus, tu ne bouges plus. Tu restes tel une statue et ton regard se fait apeuré, et elle se lève sans un mot. Même pas un regard... ou à peine. Peut-être un signe de tête, presque imperceptible.

▬ Mon nom est Kim Gaeul.

Et dans ta petite tête blanche, petite sotte, cela fait tilte, raisonnement haineux. Ton coeur se serre quand tu te rends compte que ta question était très vexante pour elle. Réfléchissant à tes dires après acte. C'est fâcheux. C'est gênant. Alors ton cou se courbe, ta tête se penche, honteuse.

Et elle part.
Toi toute seule.
Encore une fois pas douée.
Tu es rejetée.
Sombre idiote.

▬ Kim Gaeul...

C'est un chuchotement qui passe tes lèvres. Le brouhaha du fastfood s'impose brutalement à tes oreilles, ton plateau encore pleins tu fais comme Kim Gaeul il y a quelques instants et tu le rends. Partant à ton tour. Rentrant plus tôt au boulot.

Tu n'as pas cherché à la retenir.
Ça n'aurait surement servi à rien...
Quoi que te faire détester plus.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

message posté (le) dans Re: #1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...
     •  
  •     •  
Revenir en haut Aller en bas
 

#1 • La routine est synonyme de sûreté. Enfin, pas toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STARDUST :: Conclusion :: Bibliothèque des RPs-